La procédure d’ouverture des procédures d’insolvabilité à l’encontre d’un débiteur est réglementée par les dispositions de la loi roumaine sur l’insolvabilité n° 85/2014. Il existe de nombreuses situations où un créancier a formulé une telle demande de mauvaise foi uniquement pour contraindre son débiteur à lui rembourser une dette non reconnue. Cependant, il convient de considérer que l’objectif des procédures d’insolvabilité à l’encontre d’une personne morale est de sauver le débiteur de la faillite, respectivement de l’aider à redresser son activité et non de rembourser une dette indue. Une entreprise roumaine insolvable ne peut pas être considérée comme une entreprise moins viable, son activité pouvant être récupérée grâce à la coopération de tous les créanciers, la procédure d’insolvabilité ayant un caractère collectif. Dans cet article, vous trouverez les conditions qu’une entreprise roumaine doit remplir pour établir son statut d’insolvabilité, ainsi que les moyens de défense pouvant être opposés à un créancier qui présente de mauvaise foi une demande d’ouverture de procédure d’insolvabilité. Un avocat roumain spécialisé en droit de l’insolvabilité, de la restructuration et de la faillite peut vous donner les meilleurs conseils pour vous défendre contre une demande d’ouverture de procédure d’insolvabilité en Roumanie déposée par un créancier de mauvaise foi.

Données scientifiques sur les procédures d’insolvabilité en Roumanie

En 2021, au niveau national, un nombre de 6 144 entreprises roumaines sont entrées en insolvabilité, dont 1 107 à Bucarest, 492 à Cluj, 454 à Bihor et 239 à Iași.

Par rapport à 2020, le nombre d’entreprises roumaines en insolvabilité était inférieur de 7,9 %, avec un total de 5 694 entreprises roumaines, dont 1 286 à Bucarest, 382 à Cluj, 375 à Bihor et 183 à Iași. En 2021, un nombre de 208 entreprises roumaines insolvable ont été enregistrées à Constanța, soit une baisse de 37,9 % par rapport à l’année précédente, où un nombre de 335 procédures ouvertes ont été enregistrées.

Quelle est la procédure d’insolvabilité en Roumanie selon la loi n° 85/2014 ?

Selon l’article 5, point 29 de la loi roumaine sur l’insolvabilité n° 85/2014 concernant la prévention de l’insolvabilité et les procédures d’insolvabilité, l’insolvabilité est définie comme un état du patrimoine caractérisé par l’insuffisance des fonds disponibles pour le paiement des dettes certaines, liquides et exigibles. L’insolvabilité est présumée lorsque le débiteur ne paie pas sa dette après 60 jours à compter de la date d’échéance, cela n’étant qu’une présomption relative que le débiteur peut contester. L’insolvabilité est considérée comme imminente lorsqu’il peut être prouvé que le débiteur ne pourra pas payer les dettes à la date d’échéance, avec les fonds disponibles.

De plus, selon l’article 70, paragraphe 1 de la loi roumaine sur l’insolvabilité n° 85/2014, “tout créancier roumain ayant le droit de demander l’ouverture des procédures d’insolvabilité prévues par le présent titre peut présenter une demande d’ouverture de la procédure contre un débiteur présumé insolvable”. Le terme “créancier” mentionné dans le texte précédent est défini par l’article 5, paragraphe 1, point 20 de la loi roumaine sur l’insolvabilité n° 85/2014, selon lequel le créancier ayant le droit de présenter une demande d’ouverture de la procédure est celui dont la créance sur le patrimoine du débiteur est certaine, liquide et exigible depuis plus de 60 jours.

Les moyens de défense pouvant être utilisés par le débiteur contre une demande d’ouverture de procédure d’insolvabilité en Roumanie déposée pour contraindre le débiteur à payer une dette sont contestés par le débiteur.

De nombreux créanciers en Roumanie utilisent cet instrument juridique pour contraindre le débiteur à payer une dette que ce dernier refuse de payer pour diverses raisons. Dans ce cas, le créancier détourne le but légitime de la procédure d’insolvabilité, à savoir le redressement de l’activité du débiteur, en essayant d’utiliser cette demande de manière abusive, afin d’intimider le débiteur et d’ouvrir la procédure d’insolvabilité en Roumanie.

Le recours contre la demande du créancier peut être fait en introduisant un recours contre la demande d’ouverture de la procédure d’insolvabilité en Roumanie par le débiteur, une procédure réglementée par les dispositions de l’article 72 de la loi roumaine sur l’insolvabilité n° 85/2014. Il est important de noter qu’à l’étape de résolution de la demande d’ouverture de la procédure d’insolvabilité en Roumanie, les seules preuves qui peuvent être administrées sont les documents pertinents. Il est essentiel que le débiteur puisse présenter les documents pertinents prouvant sa solvabilité, les relevés bancaires qui montrent que le débiteur dispose du montant disponible, un certificat fiscal de l’administration fiscale attestant du paiement des impôts, les documents montrant même le recours à la créance invoquée par le créancier, ce qui laisserait entendre que le créancier n’a pas de créance certaine. Le débiteur peut également présenter les documents pertinents montrant les activités qu’il exerce actuellement, les accords en cours. Il est important de noter que le débiteur doit prouver une activité commerciale soutenue.

Un aspect important qui peut être utilisé par le débiteur est son préjudice causé par l’introduction de la demande d’ouverture de la procédure d’insolvabilité par le créancier, de mauvaise foi, si le débiteur est bien connu dans son environnement professionnel.

À cet égard, il serait utile de faire appel à un avocat roumain spécialisé en droit de l’insolvabilité, de la restructuration et de la faillite, qui pourra analyser si les conditions prévues par les dispositions légales pour l’ouverture de la procédure d’insolvabilité en Roumanie sont remplies et qui pourra également vous conseiller pour présenter des moyens de défense pertinents concernant l’état de solvabilité.

À partir de l’analyse des documents comptables du débiteur, il peut être prouvé que la demande d’ouverture de la procédure d’insolvabilité en Roumanie n’est pas présentée dans le but légitime exigé par la loi roumaine sur l’insolvabilité n° 85/2014, mais pour intimider le débiteur.

En conclusion, un débiteur a de réelles chances de rejeter la demande d’ouverture de la procédure d’insolvabilité en Roumanie présentée à des fins de contrainte. La loi roumaine sur l’insolvabilité réglemente spécifiquement les étapes de l’ouverture de la procédure d’insolvabilité, ainsi que les conditions que doit remplir une créance pour être invoquée dans cette procédure.

Pavel, Mărgărit and Associates Romanian Law Firm a été classé deuxième au niveau national dans le domaine de l’insolvabilité, de la restructuration et de la faillite au cours des 3 dernières années. La diversité des projets gérés, leur complexité et la formation de nos avocats ont conduit à la reconnaissance internationale des succès du cabinet d’avocats roumain”, a déclaré le managing partner du cabinet d’avocats roumain, Radu Pavel.

Le cabinet d’avocats roumain Pavel, Mărgărit and Associates recommande de faire appel à un avocat roumain spécialisé en droit de l’insolvabilité, de la restructuration et de la faillite, qui analysera chaque cas, ainsi que les dispositions légales applicables afin d’identifier les meilleures solutions pour obtenir le rejet de la demande d’ouverture de la procédure d’insolvabilité en Roumanie.

Pavel, Margarit & Associates Romanian Law Firm est l’un des meilleurs cabinets d’avocats en Roumanie, offrant des conseils juridiques de premier ordre. Les clients du cabinet d’avocats roumain sont des entreprises étrangères et des entreprises locales de premier plan, ainsi que des particuliers fortunés. En 2021, les réussites du cabinet d’avocats roumain ont été reconnues par les guides et publications internationaux les plus prestigieux. Le cabinet a été classé deuxième en Roumanie par le guide Legal 500. Le cabinet d’avocats roumain est également reconnu par le guide financier et corporatif IFLR 1000 de 2021. Pavel, Margarit & Associates Romanian Law Firm est également le seul cabinet d’avocats en Roumanie recommandé par le Global Law Experts Director à Londres dans le domaine du règlement des différends. Toutes les informations pertinentes sur les services juridiques fournis par le cabinet d’avocats roumain sont disponibles sur le site web du cabinet www.avocatpavel.com