Voici la traduction en français du texte :

« Ordre roumain n° 2.228/2022 / 3.025/2023 modifiant et complétant la méthodologie pour l’autorisation des fournisseurs de formation professionnelle pour adultes, approuvée par l’arrêté du ministre du Travail, de la Solidarité sociale et de la Famille et du ministre de l’Éducation, de la Recherche et de la Jeunesse n° 353/5.202/2003.

L’autorisation des fournisseurs de formation professionnelle est basée sur les critères d’évaluation, pour une période de 4 ans, pour chacune des qualifications, professions, compétences clés, compétences transversales pour lesquelles les fournisseurs de formation professionnelle organisent des programmes de formation professionnelle.
Pour être autorisés, les fournisseurs de formation professionnelle doivent prouver qu’ils dispensent des programmes de formation professionnelle avec des formateurs certifiés dans le profil ou la spécialité correspondant au programme de formation ou des formateurs qui prouvent qu’ils ont la qualité de personnel enseignant dans le profil ou la spécialité correspondant au programme de formation.
Pendant la pratique auprès des opérateurs économiques, la supervision et l’encadrement des participants au programme de formation sont assurés à la fois par les formateurs désignés par le fournisseur de formation professionnelle et par le personnel spécialisé désigné par chaque opérateur économique. »

« Ordonnance roumaine n° 19/2023 modifiant l’article 16 de la loi roumaine n° 153/2017 sur la rémunération du personnel rémunéré par des fonds publics, ainsi que pour la modification de l’article 5 de l’ordonnance d’urgence du gouvernement roumain n° 155/2020 concernant certaines mesures pour l’élaboration du plan national de relance et de résilience nécessaire à l’accès de la Roumanie à des fonds externes remboursables et non remboursables dans le cadre du mécanisme de relance et de résilience.

Les allocations mensuelles des présidents et vice-présidents des conseils de comté, ainsi que des maires et adjoints des unités administratives-territoriales mettant en œuvre des projets financés par des fonds européens non remboursables et/ou des fonds externes remboursables, ainsi que par le biais du mécanisme de relance et de résilience, seront augmentées jusqu’à 50 %, dans la limite du budget approuvé à cet effet.
Les critères pour déterminer le pourcentage d’augmentation de salaire, ainsi que les conditions pour la création de postes en dehors de l’organigramme au sein des institutions et/ou autorités publiques mettant en œuvre des projets financés par des fonds européens non remboursables et/ou par le biais du mécanisme de relance et de résilience, sont établis sur la base d’un règlement-cadre élaboré par le ministère du Développement, des Travaux publics et de l’Administration et le ministère des Investissements et des Projets européens, approuvé par décision du gouvernement. »