c) si les associations/administrateurs du contribuable ou le contribuable lui-même ont commis des infractions fiscales criminelles et/ou agissent conformément à l’art. 2 alinéa (2) lettre a) de l’ordonnance gouvernementale n° 75/2001 sur l’organisation et le fonctionnement du dossier fiscal, republiée, telle que modifiée et complétée, dès la communication de la décision d’annulation émise par l’administration fiscale. A titre exceptionnel, les sociétés au titre de la loi n° 31/1990, rééditée, telle que modifiée et complétée, se voient ordonner l’annulation de l’enregistrement à des fins de TVA si:

Les administrateurs et/ou l’assujetti lui-même, dans des sociétés par actions ou dans une simple société en commandite, ont inscrit dans leur casier judiciaire, des infractions fiscales et/ou des actes visés à l’art. 2 alinéa (2) lettre a) de l’ordonnance gouvernementale no 75/2001, rééditée, telle que modifiée et complétée;

(Art. 2 paragraphe 2 lettre a) fait référence à la responsabilité conjointe avec le débiteur déclaré en faillite ou insolvable, établie par décision de l’organisme fiscal compétent, sous forme définitive après contrôle administratif ou par ordonnance judiciaire, le cas échéant;)

les actionnaires majoritaires ou, le cas échéant, l’actionnaire unique et/ou l’administrateur et/ou l’assujetti lui-même, pour d’autres sociétés que celles mentionnées en pt. 1, avoir inscrit dans leur casier judiciaire, les infractions fiscales et/ou les actes visés à l’art. 2 alinéa (2) lettre a) de l’ordonnance gouvernementale no 75/2001, rééditée, telle que modifiée et complété

Cette nouvelle condition a été introduite par l’article 21 de l’ordonnance d’urgence no. 80/2014, à compter du 01.02.2015.

Aussi, par l’art. 22 de GEO no. 80/2014, à partir du 01.02.2015, a été introduit également lettre h), qui prévoit également la situation suivante dans laquelle les autorités fiscales annulent l’enregistrement à des fins de TVA d’une personne, à savoir:

“h) si l’assujetti, société ayant son siège social en Roumanie, établie en vertu de la loi n° 31/1990, republiée, avec les modifications ultérieures, sous réserve de l’enregistrement au registre du commerce, ne justifie pas l’intention et la capacité de mener des activités conformément aux critères et conditions établis par arrêté de l’Agence nationale pour l’administration fiscale. »

Parallèlement à ces situations, les autorités fiscales annulent l’enregistrement d’une personne aux fins de la TVA, également dans les cas suivants :

a) s’il est déclaré inactif;

b) s’il est entré en inactivité temporaire, inscrit au registre du commerce

c) s’il n’a pas présenté, au cours d’un trimestre civil, aucune déclaration de revenus visée à l’art. 1562, mais pas dans la situation visée aux alinéas a) ou b), à compter du premier jour du deuxième mois suivant ce trimestre civil.

d) si, à partir des déclarations de revenus produites pendant six mois consécutifs au cours d’un trimestre civil, pour ceux qui ont un mois civil exercice, et pour deux périodes fiscales consécutives au cours d’un trimestre civil dans le cas des assujettis qui ont l’exercice au cours du trimestre civil, n’étaient aucune preuve d’achats de biens/services ou de fournitures/services, effectués au cours de cette période de déclaration, à compter du premier jour du deuxième mois suivant ce trimestre civil;

e) si, en vertu des dispositions du présent titre, le contribuable n’était pas tenu, ni habilité à demander l’inscription à la TVA en vertu du présent article;

f) pour les assujettis qui demandent à être radiés des registres des personnes inscrites à la TVA, pour l’application de l’exonération spéciale prévue à l’art. 152.