Les opérateurs économiques sont tenus d’utiliser des dispositifs électroniques de marquage fiscal pour encaisser, en totalité ou en partie, des paiements en espèces, par carte de crédit / débit ou par des substituts de monnaie, pour la vente au détail de biens et la fourniture de services directement à la population. Ils sont tenus d’émettre des reçus fiscaux aux clients.

Sont exemptées de cette obligation les revenus provenant de : a) la vente occasionnelle de produits agricoles de leur propre production réalisée par des producteurs agricoles individuels autorisés par la loi, sur les marchés, salons, foires ou autres lieux publics autorisés ; b) la vente de journaux et de magazines par des distributeurs spécialisés ; c) le transport public de passagers à l’intérieur d’une localité sur la base d’un abonnement ou de billets imprimés conformément à la loi ; d) les activités pour lesquelles des collections sont effectuées sur la base de bons de valeur fixe imprimés en vertu de la loi – billets d’entrée pour spectacles, musées, expositions et foires, zoos et jardins botaniques, bibliothèques, stationnement pour voitures, jeux de faible enjeu et autres ; e) les activités d’assurance, de financement des pensions et d’intermédiation financière, y compris les activités qui y sont accessoires. Les activités de change de devises et de substituts de monnaie étrangères pour les particuliers, autres que les opérations effectuées par les bureaux de change à l’intérieur des institutions de crédit appartenant à ces institutions, ne sont pas exemptées ; f) les activités exercées en tant que travailleur indépendant dans toutes les formes d’organisation qui n’impliquent pas la création d’une société ; g) la vente d’objets de culte et de services religieux fournis par des institutions religieuses ; h) la vente au détail par le biais de représentants et de la correspondance, à l’exception des livraisons à domicile de marchandises aux magasins et établissements de restauration, sur demande ; i) l’installation, l’entretien et la réparation de biens, réalisés à domicile ; j) la vente de voyages et de leurs composantes par les agences de voyages telles que définies par la loi ; k) la perception à domicile du paiement de l’électricité et de la chaleur, du gaz, de l’eau, des services de téléphone, y compris mobiles, postaux et de messagerie, d’assainissement, de télévision, y compris le câble Internet ; l) la réalisation de travaux de construction, de réparation, de conception et d’entretien de logements ; m) les services publics de transport ferroviaire de passagers en trafic intérieur et international, fournis par des personnes morales roumaines, sur la base de billets ou d’abonnements imprimés conformément à la loi ; n) les activités de jeux de hasard effectuées par des moyens techniques qui fonctionnent avec des billets de banque et des pièces de monnaie ; a) les services de stationnement automobile pour lesquels le paiement est effectué par des acceptations automatiques qui fonctionnent avec des billets de banque et des pièces de monnaie ; p) la fourniture de biens ou de services par des machines commerciales qui fonctionnent avec l’acquisition de billets ou de pièces de monnaie et qui contiennent un système de comptage électronique et/ou mécanique, dans le cadre d’une construction automatique, permettant l’enregistrement et le contrôle des sommes perçues, à l’exception de la fourniture de produits énergétiques, tels que définis dans le titre VII de la loi no 571/2003 relative au code fiscal, telle que modifiée et complétée ; q) le commerce de gros en libre-service effectué par des commerçants vendant des biens à des personnes inscrites dans la base de données du vendeur dans le but de les utiliser comme consommables.

Selon l’ordonnance, les dispositifs de marquage fiscal électronique comprennent : les caisses enregistreuses et d’autres systèmes comprenant des dispositifs de marquage des espèces, qui intègrent un module fiscal contrôlant la mémoire fiscale, l’imprimante et l’affichage client, ainsi que les caisses enregistreuses électroniques et autres systèmes comprenant des dispositifs de caisses enregistreuses, équipés d’un dispositif de stockage de journal électronique, comprenant un module de construction fiscale contrôlant la mémoire fiscale, l’imprimante, le dispositif de stockage, l’affichage client, le dispositif de sauvegarde externe et le dispositif de communication externe permettant l’intégration dans un système.

La violation de l’ordonnance constitue une infraction et est passible d’une amende d’un montant compris entre 2 000 et 60 000 lei, selon le cas.

Le passage aux caisses enregistreuses spécifiées par cette ordonnance doit se faire progressivement, l’ordonnance fixant une limite maximale à laquelle les opérateurs doivent se conformer à cette obligation, à savoir jusqu’au 4 avril 2016 pour les opérateurs économiques qui sont des contribuables élevés, jusqu’au 1er juillet 2016 pour les opérateurs économiques qui sont des contribuables moyens, et jusqu’au 1er novembre 2016 pour les opérateurs qui agissent en tant que petits contribuables.